Avertissement

L'Administration communale est accessible uniquement sur rendez-vous !

 

Service population : 071/55.94.01 - 071/55.94.02 ou 071/55.94.03
Service aménagement du territoire : 071/55.94.33
Service travaux : 071/55.94.43
Le port du masque est obligatoire lors de votre passage dans nos bureaux.
 

Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma ville / Services communaux / Environnement / En balade ? Attention aux chenilles processionnaires
Actions sur le document

En balade ? Attention aux chenilles processionnaires

La processionnaire du chêne est une chenille largement répandue en Europe. Epargnée jusqu’ici, la Wallonie fait face cette année à une invasion préoccupante. De nombreux nids ont été observés sur plusieurs zones dans les différentes provinces wallonnes. Potentiellement, c’est près de la moitié du territoire wallon qui risque d’être touché cette année par l’expansion de l’insecte.

En balade ou en camp : soyez prudents !

L'été est propice aux balades. C'est aussi la pleine période des camps de jeunesse. Si un nid de chenille processionnaire du chêne devait être découvert à proximité d’un camp, il est recommandé d’éviter la zone, de sensibiliser les camps qui pourraient fréquenter le lieu touché et d’en informer la commune concernée. Vous pouvez aussi contacter le 081/249.583 ou envoyer un mail à eWFubmljay5wYXVsZXRAc3B3LndhbGxvbmllLmJl.

Quel est le problème avec cette chenille ?

En dehors des dégâts sur les arbres, la processionnaire du chêne est une réelle menace de santé publique. Chaque chenille est munie de milliers de minuscules poils urticants facilement dispersés par le vent, qui peut causer de fortes réactions allergiques tel que l’apparition dans les huit heures d'une éruption douloureuse avec de sévères démangeaisons.

Comment la reconnaître ?

La chenille possède un corps caractéristique. La tête est brune ou noire. Le corps possède des flancs blancs avec de longs poils argentés. Chaque segment du corps possède sur sa face dorsale une plaque brunâtre. La chenille peut atteindre une taille de 5 cm en fin de développement.

J'ai repéré un nid, que faire ?

N'essayez en aucun cas d'éliminer vous-même les chenilles processionnaires. La lutte contre les processionnaires est une affaire de professionnels (pompiers, protection civile ou prestataires spécialisés). Les poils urticants de ces chenilles possèdent un très fort pouvoir allergène. L’utilisation des insecticides ou des nettoyeurs haute pression peuvent éparpiller ces poils et poser des problèmes pendant plusieurs années.

Que faire en cas de contact avec les poils urticants ?

  1. Rincez la zone de contact
  2. Contactez votre médecin, le centre antipoison (070 245 245) ou le 112.
  3. Ôtez tous les vêtements et manipulez les avec des gants. Les vêtements seront lavés à température la plus élevée possible et séchés au séchoir.

Conseils de prévention :

Les poils urticants sont facilement dispersés par le vent. Dans les régions où sévissent les chenilles, certaines précautions sont recommandées :

  1. Ne pas sécher le linge dehors de mai à septembre.
  2. Laver soigneusement les légumes du jardin.
  3. Arroser la pelouse pendant quelques jours avant de la tondre pour que les poils urticants soient entraînés dans le sol.
  4. Ne pas laisser jouer les enfants à proximité d'un arbre atteint. A distance, les munir de vêtements à longues manches, de pantalons, d'un couvre-chef et éventuellement de lunettes.

Conclusion :

Si vous avez été en contact direct avec la chenille, contactez d’abord votre médecin / les secours (112) avant de nous envoyer un mail de signalement. Pour l’éradication des nids, contactez les pompiers via le 112.

Plus d'informations :

Nous vous rappelons également les conseils et bonnes pratiques pour éviter les piqûres de tiques qui peuvent transmettre la maladie de Lyme. Voici les conseils et bonnes pratiques pour éviter ces risques :

  1. Portez des vêtements couvrants et utilisez un répulsif à insectes lors de vos sorties en extérieur;
  2. Plus la tique reste accrochée longtemps, plus le risque de contamination est grand. Inspectez tout votre corps au retour à la maison, en insistant sur les zones de plis (cou, arrière des oreilles);
  3. En cas de morsure, ne paniquez pas : enlevez délicatement la tique avec une pince adaptée (vendue en pharmacie) et désinfectez la zone;
  4. Surveillez la zone durant 30 jours et consultez votre médecin en cas d’érythème migrant ou symptômes grippaux.